Qu'est-ce qu'une Carmélite ?

La Carmélite est une chrétienne qui a entendu dans son cœur un appel à vivre avec Dieu. Un appel à suivre Jésus au Carmel, à l’écart, dans la foulée d’Élie, de la Vierge Marie,de Thérèse de Jésus (d’Avila), de Jean de la Croix. Un appel à marcher, dans la solitude, avec des soeurs, à la rencontre de celui qui est l’Amour.

Dans une réalité quotidienne très simple, la Carmélite fait l’apprentissage de l’amour de Dieu et du prochain.

Sa vie porte l’empreinte à la fois de la solitude et de la communion fraternelle. Concrètement, elle se définit en peu de mots : prière, solitude, vie fraternelle, travail, dans un climat de silence qui favorise la présence à Dieu, car la Carmélite est appelée à devenir prière.

Peu à peu son cœur se façonne et s’élargit à la ressemblance du cœur de Dieu. Un grand désir l’habite et la stimule : que Dieu soit connu et aimé.
 

Une vie de prière et vie fraternelle

Chaque jour la communauté s’unit autour de Jésus pour la célébration de l’Eucharistie, source et sommet de communion et d’unité.

De même sept fois par jour, la communauté se rassemble pour la célébration de l’Office divin. Cette prière des psaumes coule dans les cœurs, les pétrit, les fait vivre au rythme des souffrances et des joies de tous ses frères et sœurs en l’humanité.

La vie est essentiellement centrée sur la recherche et la rencontre de Dieu par l’oraison : prière silencieuse où on se laisse lentement transformer par le regard amoureux de Dieu. Cette prière occupe 2 heures de la journée ; elle tend cependant à habiter chacune des activités quotidiennes.

Un temps de lecture spirituelle journalier vient soutenir la vie de présence à Dieu, la nourrir et l’orienter.

Comme tout être humain, la Carmélite assume sa charge du travail quotidien. Ce travail est un facteur d’équilibre. Il permet aussi de participer au labeur humain vécu par tous et chacun.

Travail rénumérateur

  • Fabrication des hosties,
  • créations artistiques :
    • cartes de souhaits, murales,
    • chapelets en pétales de roses et autres,
    • tricots,
    • reproductions d’îcones sur bois,
    • confection de vêtements litugiques

Services fraternels

  • Accueil à la porterir
  • liturgie,
  • préparation des repas,
  • lavage, couture, ménage,
  • soins des soeurs malades,
  • secrétariat, comptabilité,
  • jardinage


Heureux équilibre entre silence et parole : 2 temps de détente sont prévus chaque jour. Spontanéité, joie et partage fraternel y sont à l’honneur.

Ainsi se tisse, au long des jours, la vie de la Carmélite ; le désir de veiller dans la prière y demeure un chemin ouvert sur l’intimité avec Dieu et sur la charité fraternelle. 

Cette longue marche demeure un lieu de combat spirituel où l’Amour doit être finalemant le grand vainqueur. 

Saint du jour
Sainte Thérèse d'Avila
1515-1582

Vierge et Docteur de l'Église

Sainte Thérèse d'Avila - 1515-1582 - Vierge et Docteur de l'Église

1515-1582
Sainte Thérèse de Jésus

Vierge et Docteur de l'Église
 
Religieuse espagnole,
réformatrice de  l'Ordre du Carmel au XVIe siècle.
 

   
Nom civil :  Teresa Sánchez de Cepeda y Ahumada
Nom religieux :  Teresa de Jesús
   
Naissance :  28 mars 1515
Décès :  dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582
   
Fête :  15 octobre
Rang de la fête :  Solennité au Carmel
   
Béatification :  24 avril 1614
Canonisation :  12 mars 1622
Docteur :  27 septembre 1970

 

 

Les Musulmans, le Nouveau Monde, le protestantisme, le Concile de Trente, I’Inquisition, autant de problèmes en ce XVIe siècle auxquels Thérèse de Jésus (1515-1582) se trouve mêlée. Grande mystique et femme d’action, elle réforme le Carmel et multiplie les fondations, son audace et sa foi triomphant de tous les obstacles. La contemplative sait nous captiver lorsqu’elle montre le chemin de la perfection aux âmes éprises d’absolu.

 


Thérèse d'Ávila (en religion : Teresa de Jesús), née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Vieille-Castille) et morte dans la nuit du 4 au 15 octobre 1582 à Alba de Tormes en Espagne, est une religieuse espagnole, réformatrice de l'Ordre du Carmel au xvie siècle, sainte et docteur de l'Église. Profondément mystique, elle laisse des écrits sur son expérience spirituelle qui la font considérer comme une figure majeure de la spiritualité chrétienne.

La réforme qu'elle impulse dans l'Ordre du Carmel espagnol entraîne quelques années après sa mort la création d'une branche autonome au niveau de l'ordre : l'Ordre des Carmes déchaux. Cette nouvelle branche monastique s'étendra rapidement dans toute l'Europe puis le monde : le nombre des carmes réformés dépassera rapidement, et dépasse toujours, le nombre des carmes non réformés.

Thérèse est canonisée en 1622, sa fête liturgique est fixée le 15 octobre. Au xxe siècle, elle est déclarée docteur de l'Église catholique ; elle est la première femme à obtenir ce titre. Si son influence spirituelle, associée à celle de saint Jean de la Croix, a été très forte au xviie siècle, de nos jours, elle reste une référence au-delà de sa famille monastique et même à l'extérieur de l’Église catholique.

Elle est l'auteur de nombreux ouvrages tant biographiques que didactiques ou poétiques. Ceux-ci sont régulièrement réédités dans le monde entier. Elle est encore aujourd’hui le sujet de nombreuses publications.

Éphémérides
Fête de Sainte Thérèse d'Ávila
1515-1582
Sainte Thérèse d'Avila meurt à Alba de Tormès
1582-10-15
Fondation du Carmel de Hanoï – Vietnam
1895-10-15
Transfert du couvent de Montréal sur la Paroisse Saint-Denis
1896-10-15
Consécration de la nouvelle église du Carmel de Montréal
1898-10-15
La décision de fonder le Carmel de Danville est prise
1956-10-15
Le Pape Paul VI annonce son projet de nommer Sainte Thérèse de Jésus Docteur de l'Église
1967-10-15
Funérailles de Mlle Marie-Pila
1974-10-15
Inauguration du Couvent des Carmes à Montréal
1993-10-15
Fondation du couvent des Carmes à Trois-Rivières
2004-10-15
Parole du jour