Homélie des funérailles du fr. Lambert

Homélie des funérailles du Frère Lambert

17 octobre 2018

 

Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées (Lc 12,35).

Jésus invite à la vigilance du cœur, celle de la foi toujours prête à service et qui garde la lampe de la prière allumée. Frère Lambert a répondu à cet appel et il en a été un témoin par sa vie.

 

Lorsqu’il franchi la porte du Couvent de Nicolet c’est pour servir et prier.

La lecture d’« Histoire d’une âme » de la Petite Thérèse a allumé en lui le désir d’une vie cachée, son chemin, mais aussi son combat, sera celui de l’humilité ; cette vertu dont Notre Mère sainte Thérèse nous dit qu’elle « est le fondement de tout l’édifice » de la vie dans l’Esprit (7 D 4,8).

Ainsi nous lisons dans les Chroniques de la Communauté, à la date du 8 décembre 1963 :

Il fallut moins d’une semaine à Aimé Darche pour prendre le pas du noviciat et de la communauté. Mais les débuts furent difficiles. Le lendemain de sa première journée entière passée parmi nous il disait à son « Ange » : Si je m’étais écouté hier je serais parti… c’est très difficile… beaucoup plus que je m’y attendais… il faut fouler aux pieds notre orgueil…

Bien des années plus tard, dans une conférence sur la vie intérieure, il dira que celle-ci n’est pas possible sans l’humilité. Car ce que nous trouvons en-dedans c’est d’abord ce que l’on cache derrière les belles manières et les discours trop polis. Jésus l’a dit :

C’est du cœur que proviennent les pensées mauvaises : meurtres, adultères, inconduite, vols, faux témoignages, diffamations (Mt 15,19).

La découverte du cloaque intérieur en décourage beaucoup… tous ceux et celles qui, comme le jeune riche, s’en vont tout tristes.

Si je m’étais écouté hier je serais parti…

Mais celui qui deviendra le Frère Lambert a déjà choisi son guide, ou plutôt a été choisi par elle, « La toute petite Sr  Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Ste Face – Religieuse carmélite indigne » comme elle signe la Lettre du 8 septembre 1896 à sa sœur Marie du Sacré-Cœur (Ms B 5v).

Face à tout ce qui aurait pu le décourager en lui et autour de lui, Lambert répondra par la confiance, c’est-à-dire par un acte de foi en l’amour du Père. Un amour manifesté par la vie de Jésus. Un amour transformant parce que vivant et habitant en nous comme nous l’a rappelé saint Paul dans la seconde lecture (cf. Rm 8,11).

C’est l’Esprit, le Souffle, de Jésus Ressuscité, qui donne vie à nos déserts intérieurs. Ainsi le désert peut refleurir pour celui qui croit.

Selon Grégoire de Nysse, « La beauté du Carmel sera donnée à l'âme qui ressemblera à un désert. » Et cette beauté lui vient d’un puits caché (Saint-Exupéry). Pour trouver ce puits caché, l’âme n’a pas d’autre chemin que de se cacher dans l’humilité.

Énamourée par le Souffle divin, elle consent à devenir petite. Alors à l’inverse de l’esprit du monde qui pousse à l’accumulation, l’esprit de petitesse évangélique la conduit au détachement, à la simplicité du cœur, à l’enfance spirituelle.

C’est l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Rm 8,16).

Voilà ce que murmure la Source Intérieure à ceux et celles qui consentent à l’écouter. Tu es mon enfant bien-aimé et tu es aussi un frère, une sœur, pour ceux qui te rencontrent ! Car l’Eau Vive est inséparablement l’amour de Dieu et l’amour du prochain, un amour reçu et donné dans la prière et le service.

Servir, c’est nouer le tablier du Jeudi Saint, celui de Jésus qui lave les pieds de ses disciples en les invitant à faire de même par amour.

Tenir sa lampe allumée, c’est prier en tout temps, quel que soit notre état d’âme, c’est attendre le retour du Bien- Aimé dans la confiance. Lors de notre Chapitre de communauté au début de ce mois d’octobre, Frère Lambert nous a laissé un testament spirituel qui tient en peu de mots : Pour moi le plus important c’est la prière et la confiance. La réponse n’avait rien avoir avec la question… mais nous comprenons aujourd’hui qu’il nous laissait un trésor, un dernier encouragement fraternel.

Alors dans « l’éternel Aujourd’hui » de Dieu, nous croyons avec confiance que s’accomplit pour toi, Lambert, la prière de Petite Thérèse :

L’Aigle Adoré est venu chercher son petit oiseau – de six pieds (!) – et remonte avec lui au Foyer de l’Amour, le plongeant pour l’éternité dans le brûlant Abîme de Cet Amour auquel il s’est offert en victime (Cf. Ms B 5r).

Amen. Alléluia.

Articles les plus populaires
La Paix
21 oct. 2018
Saint du jour

Pas de saint du carmel ce jour

Éphémérides
La fondatrice du Carmel de Montréal reçoit l'extrême onction
1886-11-13
Béatification de sœur Marie de Jésus Crucifié
1983-11-13
Parole du jour