Office de Elisabeth de la Trinité — Midi

V.

Dieu, Viens à mon aide. 
R.    Seigneur, à notre secours.  

V.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit. 
R.    Seigneur, à notre secours.  

 

Psaume 44

2  
D'heureuses paroles jaillissent de mon cœur
quand je dis mes poèmes pour le roi
d'une langue aussi vive que la plume du scribe ! 
 
3  
Tu es beau,
    comme aucun des enfants de l'homme,
la grâce est répandue sur tes lèvres :
oui, Dieu te bénit pour toujours.
 
4  
Guerrier valeureux,
    porte l'épée de noblesse et d'honneur !
5  
Ton honneur, c'est de courir au combat
pour la justice, la clémence et la vérité.
 
6  
Ta main jettera la stupeur,
    les flèches qui déchirent ;
sous tes coups, les peuples s'abattront,
les ennemis du roi, frappés en plein cœur. 
 
7  
Ton trône est divin, un trône éternel ;
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
8  
tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

Oui, Dieu, ton Dieu t'a consacré
d'une onction de joie, 
    comme aucun de tes semblables ;
9  
la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement.

Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.
10  
Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.
 
11  
Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
12  
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
13  
Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.
 
14  
Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
15  
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
16  
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.
 
17  
À la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d'eux des princes.
 
18  
Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges :
que les peuples te rendent grâce, 
    toujours, à jamais !

 

PAROLE DE DIEU (1Co 7, 34-36)

 

La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur ; elle veut lui consacrer son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de cette vie, elle cherche comment plaire à son mari. En disant cela, c'est votre intérêt à vous que je cherche ; je ne veux pas vous prendre au piège, mais vous proposer ce qui est bien, pour que vous soyez attachés au Seigneur sans partage. Si un garçon pense qu'il ne se conduit pas bien envers la jeune fille qu'il aime, s'il est plein d'ardeur et s'il doit en arriver là, qu'il fasse ce qu'il veut, ce n'est pas un péché : ils peuvent se marier.

 

Méditation

 

Être épouse du Christ !

Ce n'est pas seulement l'expression du plus doux des rêves c'est une divine réalité; l'expression de tout un mystère de similitude et d'union ; c'est le nom qu'au matin de notre consécration l'Église prononce sur nous : 

Il faut vivre sa vie d'épouse ! « Épouse », tout ce que ce nom fait pressentir d'amour donné et reçu! d'intimité, de fidélité. de dévouement absolu !… Être épouse, c'est être livrée comme Lui s'est livré; c'est être immolée comme Lui, par Lui, pour Lui... C'est le Christ se faisant tout nôtre, et nous devenant « toute sienne » !…

Être épouse, c'est avoir tous les droits sur son Cœur… C'est un coeur à coeur pour toute une vie.. C'est vivre avec… toujours avec… C'est se reposer de tout en Lui, et Lui permettre de se reposer de tout en notre âme !…

C'est ne plus savoir qu'aimer ; aimer en adorant, aimer en réparant, aimer en priant, en demandant, en s'oubliant ; aimer toujours sous toutes les formes ! « Être Épouse », c'est avoir les yeux dans les siens, la pensée hantée par Lui, le cœur tout pris, tout envahi, comme hors de soi et passé en Lui, l'âme pleine de son âme, pleine de sa prière, tout l'être captivé et donné.

C'est, en le fixant toujours du regard, surprendre le moindre signe et le moindre désir ; c'est entrer en toutes ses joies, partager toutes ses tristesses. C'est être féconde, corédemptrice, enfanter les âmes à la grâce, multiplier les adoptés du Père, les rachetés du Christ, les cohéritiers de sa gloire .

« Être épouse », épouse du Carmel, c'est avoir le cœur brûlé d'Élie, le cœur transpercé de Thérèse, sa « véritable épouse », parce qu'elle zèle son honneur. 

Enfin être prise pour épouse, épouse mystique, c'est avoir ravi son Cœur au point qu'oubliant toute distance, le Verbe s'épanche dans l'âme comme au sein du Père avec la même extase d'infini amour !

C'est le Père, le Verbe et l'Esprit envahissant l'âme, la déifiant, la consommant en l'Un par l'amour.

C'est le mariage, l'état fixe, parce que c'est l'union indissoluble des volontés et des cœurs. Et Dieu dit : “Faisons-Lui une compagne semblable à Lui, ils seront deux en un”. 
 

Notes Intimes 13

 

PRIÈRE

 

Seigneur Dieu, riche en miséricorde, tu as révélé à la bienheureuse Élisabeth de la Trinité le mystère de ta présence cachée dans l’âme des justes et tu as voulu qu’elle t’adore en esprit et en vérité. Accorde-nous, par son intercession, de demeurer nous aussi dans l’amour du Christ  pour devenir le temple de ton Esprit d’amour à la louange de ta gloire. 

Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen

.
Articles les plus populaires
La Paix
21 oct. 2018
Saint du jour

Pas de saint du carmel ce jour

Éphémérides
Parole du jour